Ça roule ma poule !

la ferme de Julien

UN HOMME DE PLUMES

Producteur local, c’est plus qu’un métier, c’est une passion. Julien, de La Ferme de Julien, le sait bien lui qui, à la faveur de cabanons faits maison, élève des poules de la race Kabir.

Qui le croirait en le voyant oeuvrer du matin au soir sans jamais ménager ses efforts et, pourtant, Julien est un homme à poules. Sa passion ? Des poulets Kabir, une race de volailles dotées d’une belle robe brune et d’origine italienne, qu’il élève dans le plus grand respect de leur bien-être. Pour ce faire, il n’hésite pas à les loger dans des cabanons faits maison et posés dans un herbage qui ne fait pas moins de 400 mètres carrés. Ce qui nous vaut une viande d’une qualité exceptionnelle, très ferme et au goût subtilement prononcé.

TOUS SES OEUFS DANS LE MÊME PANIER

La Ferme de Julien est une exploitation 100% familiale située à Piétrebais, dans le Brabant Wallon. Julien a appris son métier d’éleveur auprès de ses parents mais, depuis plusieurs années déjà, il vole de ses propres ailes !

 

 

POURQUOI LE POULET VOUS DONNE DES AILES ?

Quand de plus en plus de Belges réfléchissent à leur consommation en viande, le poulet s’impose comme un choix aussi sain que savoureux.

De plus en plus, le poulet recueille les suffrages des Belges qui ne lui trouvent que des qualités et qui, en moyenne, en consomment jusqu’à 13 kg par an. Un engouement qui n’a rien d’étonnant puisque le poulet a tout bon et même, tout de bon, qu’on prépare entier, en filets ou en cuisse, au four, à la poêle, poché, grillé ou à la vapeur… Bref, comme il vous plaira. Avec cet avantage que cette viande blanche, source de protéines de qualité, se consomme sans modération. Outre d’être pauvre en lipides, le poulet est réputé pour son effet rassasiant, qui met un frein aux envies de grignotage. C’est aussi une bombe de vitamines B, qui veillent à l’équilibre du système nerveux, mais c’est surtout l’ami de votre coeur, qui tend à réduire le taux de cholestérol.

 

ON EN VEUT PLUS ENCORE !

BASSE TEMPÉRATURE : DE LA TENDRESSE !

La cuisson basse température n’est pas que l’apanage des grands chefs, elle fait une percée dans la cuisine familiale, qui l’adopte pour sa propension à préserver la qualité des aliments comme à réduire les risques liés aux substances cancérigènes. Par basse température, entendez une cuisson qui s’opère entre 65 et 80°, pour un formidable supplément de saveurs comme de tendresse.

LA RECETTE (TROP) FACILE

Sortez les filets de poulet du réfrigérateur 1 heure avant la cuisson. Préchauffez le four (réglé sur la chaleur voûte et sole) à 85-90 °C avec le plat dans lequel sera cuit le poulet. Dans une poêle bien chaude et huilée, saisissez les filets de poulet 3 minutes de chaque côté. Salez, poivrez. Placez-les dans le plat préchauffé et piquez la sonde du thermomètre au centre d’un filet. Enfournez au milieu du four jusqu’à atteindre 68°C à coeur (environ 50 min. à 1h) et n’ouvrez surtout pas la porte du four en cours de cuisson.

 


 

poulet entier

 

POULET ENTIER : on veut tout !

C’est le choix du roi puisque, bien découpé, un poulet entier livre jusqu’à douze morceaux distincts, pour tous les goûts, toutes les envies.

 

 

 

cuisse de poulet

 

CUISSE, un supplément de saveur

La cuisse se consomme généralement avec la peau, ce qui la rend encore plus savoureuse mais un peu plus riche en calories.

 

 

filet de poulet

 

On monte au FILET

Le filet est un choix sûr qui s’adapte à tous les types de cuisine sans perdre de sa tendresse ni de ses qualités nutritionnelles.

 

 

 

 

Retrouvez toutes nos recettes au poulet ici.

Plus d’infos sur la ferme de Julien : http://www.lafermedejulien.be/